Que faire si vous êtes victime d’aliénation parentale ?

Publié par l’Étude Nancy Couvrette Avocate Inc.

15 novembre 2020

Aliénation parentaleL’aliénation parentale se définit comme une situation dans laquelle un des parents entraîne son enfant à dénigrer, disqualifier, exclure ou bannir l’autre parent de façon à entraîner une détérioration ou une rupture du lien entre le parent ciblé et l’enfant.

L’aliénation parentale est reconnue comme un abus psychologique envers les enfants, constituant une reprogrammation, un « lavage de cerveau » subit par ces derniers.

Plusieurs syndromes de l’enfant peuvent être représentatifs de l’aliénation parentale, les enfants sévèrement aliénés présentant la majorité des syndromes suivants :

  1. Une dénigration du parent par l’enfant aliéné;
  2. L’enfant n’a aucun motif de rejeter le parent victime d’aliénation;
  3. Le parent victime d’aliénation est démonisé alors que le parent exerçant l’aliénation est vu comme entièrement bon;
  4. L’enfant nie être aliéné par le parent exerçant l’aliénation;
  5. L’enfant se range entièrement derrière le parent exerçant l’aliénation dans le conflit parental;
  6. L’enfant ne se sent pas coupable de rejeter ou d’être cruel avec le parent victime d’aliénation parentale;
  7. L’enfant explique ses motifs de rejeter le parent victime d’aliénation en utilisant les motifs et le vocabulaire du parent exerçant l’aliénation;
  8. L’enfant rejette la famille, les amis et même les animaux domestiques de l’enfant victime d’aliénation;

Les conséquences directes de l’aliénation parentale varient en fonction de chaque cas d’espèce, mais peuvent inclure notamment : de l’agressivité verbale, voire physique, de l’enfant envers le parent ciblé, une mise à l’écart, le départ du domicile, une rupture partielle ou complète du lien parental.

Sur le même thème, un autre article intéressant: Que faire si des parents séparés sont en désaccord quant à la vaccination de leur enfant ?

L’aliénation parentale et le fait d’être un parent aliénant sont punis par la loi, affectant gravement le bien-être de l’enfant.

Plusieurs solutions s’offrent alors au parent ciblé par l’aliénation. Dans les cas les plus graves, le parent peut signaler la situation à la Direction de la protection de la jeunesse qui déterminera si la sécurité et le développement de l’enfant sont compromis en raison du mauvais traitement psychologique que constitue l’aliénation parentale.

Une demande en Cour supérieure peut également être déposée par le parent victime d’aliénation parentale afin de demander un changement des modalités de garde.

Le désir de l’enfant, en tenant compte de son âge, peut évidemment être un facteur déterminant dans la décision du juge de confier ou non la garde au parent ciblé par l’aliénation.

Vous croyez être victime d’aliénation parentale de la part de votre ex-conjoint? Contactez-nous au 450-651-7575